Les différentes essences de bois

Bois pour la terrasse

Principe d’une lame terrasse :

Une lame terrasse se présente sous la forme de planche rabotée sur les 4 faces (S4S dans le jargon des raboteurs), de différentes longueurs, épaisseurs et largeurs.

Lame de terrasse lisse et striée
Lame de terrasse lisse et striée

Elles sont disponible avec une face lisse et/ou avec une face striée, avec bord droit ou bord biseauté.

Quelle essence de bois pour votre terrasse:

Le choix d’une essence de bois se fait en tenant compte de nombreux paramètres : son prix, sa durabilité, stabilité dans le temps et son esthétisme.

Il existe plusieurs catégories, dont trois grandes catégories d’essence de bois :

Les bois exotiques

Les résineux

Les feuillus européens

Elles sont identifiées en 5 classes d’emploi ou de risque de dégradation du bois

Classe 1 : utilisation du bois à l’intérieur toujours à l’abri des intempéries. Bois sec, humidité inférieure à 20%. Exemple : mobilier.

Classe 2 : intérieur ou extérieur sous abri. Bois sec mais dont l’humidité peut occasionnellement dépasser 20% à la suite d’exposition temporaire aux intempéries. Exemple : charpente pendant un chantier.

Classe 3 :extérieur. Bois soumis à des alternances rapides d’humidification et de séchage. Humidité fréquemment supérieure à 20%. Exemple : bardage, menuiserie.

Classe 4 : extérieur. Bois soumis à des humidifications fréquentes ou permanentes. Humidité toujours supérieure à 20%. Exemple : poteaux de clôture.

Classe 5 : environnement marin. Contact permanent avec l’eau de mer. Exemple : ponton.

Ipe-Lapacho-small

Les bois exotiques :

Extrêmement tendance dû à ses caractéristiques mécaniques exceptionnelles, les bois exotiques sont beaux, naturellement durables et chaleureux. Décriés pour leurs exploitations désastreuses, les bois exotiques sont aujourd’hui mieux gérés, bien évidemment à condition d’opter pour un bois labéllisé FSC. C’est dans cette catégorie que l’offre est la plus étendue. Extrêmement dense, entre 900 et 1200Kg/m3, ces bois sont tellement durs à travailler qu’ils mettront vos outils à rude épreuve. Il sont naturellement imputrescibles de classe 4 ou 5, ils vous assureront une belle terrasse pour de nombreuses années.

Autre qualité des bois exotiques, l’absence de résine et d’écharde.

Parmi les bois tropicaux l’essence la plus connue et la plus répandue est sans conteste l’Ipé. Viennent ensuite le Bangkiraï, Jatoba, Itauba, Tatajuba, Le tali, l’afzelia, le Garapa, le Bilinga, l’afrormosia, l’itauba, le Cumaru, le padouk, l’iroko, le teck, le Sucipira, le Massaranduba, le tali,… Attention tout de même que ces derniers soient séchés au séchoir et non naturellement, de manière à obtenir des planches stables et moins nerveuses. Pour cela le taux d’humidité contenu dans les lames devra être situé entre 13 et 16 %.

Enfin, petit détail à ne pas négliger, le prix ! Il vous faudra débourser en moyenne +- 40 € du m2, pour du Cumaru et +- 55 € m2 pour de l’ipé. (prix hors taxes).

photo resineux

Les résineux :

Provenant généralement de chez nous en Europe, Leurs densités moyenne est de +-530Kg/m3, ce qui les rends facile à travailler et à installer. Leurs aspects clairs en font des bois aux teintes naturelles s’adaptant parfaitement au paysage de montagne ou de bord de mer. Vous devez absolument choisir un pin traité « autoclave » classe 4, certifiant que celui-ci supporte l’eau stagnante.

Mais le pin n’a pas que des avantages, ses principaux défauts, sa longévité, plus faible qu’une essence exotique ou feuillus. Une terrasse en pin est moins résistante que les bois exotiques ou de classe 4, il faudra envisager le remplacement des lames dans un délai de 10 à 15 ans. Ils sont également des bois tendres. Les planches ont tendance à se marquer plus facilement. Il présente aussi des défaut d’usage, comme l’apparition, parfois, de suintement de résine. Pas très agréable quand on fréquente sa terrasse pieds nus. Le pin est aussi sujet aux douloureuses échardes. Le traitement « autoclave » infligé au pin, indispensable pour l’utiliser sur une terrasse, est chimique, ce qui ne correspond pas vraiment à l’image écolo du bois.

Principe du traitement autoclave : Ce procédé est assez simple : on place le bois dans une chambre qu’on vide de son air, puis on injecte, dans toutes les cavités du bois, le produit de traitement par surpression.

Son gros avantage reste son prix imbattable, environ 25 € le m2 hors taxes !

Quelques exemples de résineux :

Le mélèze

Le mélèze est un conifère qui présente une singularité : c’est le seul conifère à feuilles caduques. Cet arbre originaire des Alpes et des Carpates, peut mesurer 40 m de haut et vivre jusqu’à 600 ans. Son tronc bien droit peut faire 1,50 m de diamètre.

Le douglas

Le douglas est originaire d’Amérique du Nord, de l’état de l’Oregon. Le Douglas a progressivement supplanté l’Epicéa, dans les zones de moyenne montagne désertées par l’agriculture, au point de devenir aujourd’hui la première essence de reboisement du territoire français. Du même coup, la France est l’un des pays européen disposant de ressource importante en Douglas.

chene

Les feuillus européens :

Il n’y a pas que les bois exotiques, il existe quelques essences de feuillus européens provenant de nos forêts européennes utilisables en platelage

Parmi elles, on retrouve: le chêne, le châtaignier et le Robinier dont la durabilité est exceptionnelle. De densité comprise en 700 et 900 km3, elles présentent des caractéristiques techniques proches de celles des bois exotiques.

Ces bois ont beaucoup d’avantages mais également des inconvénients comme les remontées tanniques, (on évitera une terrasse en chêne au bord d’une piscine) les échardes pour certains, les gerces pour d’autres et un coût encore élevé et des dimensions de lames peu variées.

Quelques exemples de feuillus européens :

Le chêne

Le chêne est un bois très répandu. Il est très solide. Le chêne atteint 25 à 35 m de hauteur pour une longévité exceptionnelle.

Le bois de chêne, jaune brun assez clair, présente une densité qui varie beaucoup en fonction de la sylviculture. Bois de structure hétérogène avec le bois de printemps poreux, très marqué, et des cernes d’accroissement visibles à l’œil nu. Les cernes larges, signe d’un bois dur, présentent de très bonnes propriétés mécaniques.

Néanmoins, il est classé dans la classe d’emploi 3. Cela signifie que des précautions devront être prises lors de sa mise en oeuvre.

Le châtaignier

Espèce feuillue très productive, le châtaignier se développe dans un climat doux et lumineux et sur un sol siliceux ou décalcifié. Sa croissance est rapide et sa longévité exceptionnelle puisqu’il peut dépasser largement le millénaire.

Le bois de châtaignier est brun jaune à aubier clair et peu épais. De densité assez élevée, il se travaille bien. Son bois est un peu plus durable en extérieur que celui du chêne. Il est bon marché et facilement disponible en bois d’œuvre. C’est un bon choix pour qui usine soi-même ses planches. Néanmoins, les tanins qui lui confèrent sa durabilité naturelle, s’oxyde en surface et parfois quelques tâches noirâtres peuvent apparaître.

Le robinier

Le robinier désigné comme le faux acacia. On le trouve partout en Europe. Cette essence présente des qualités de résistance extraordinaire pour un bois européen. Tout d’abord, sa durabilité naturelle : ce bois présente une résistance à la pourriture et aux insectes xylophages tout à fait remarquable. Le robinier est utilisable en classe de risque 4. On l’utilise traditionnellement pour les piquets de clôtures, directement plantés en pleine terre. Certains témoignages relatent des durées de vie de plus de cinquante ans, cependant c’est une essence très nerveuse et les lames on tendances à se déformer rapidement.

bois thermo modifié

Les bois thermo-modifiés :

Pour améliorer les caractéristiques de certains résineux et feuillus, quelques fabricants ont recours au traitement thermique, appelé en France « rétification »

La rétification consiste à chauffer le bois à une température pouvant atteindre 240 °C dans des conditions extrêmement précises. Sans ajout de produits chimiques, le procédé entraîne une modification physico-chimique définitive des composants du bois. Il s’en suit une modification de sa teinte, une augmentation de sa stabilité dimensionnelle, une plus grande résistance aux champignons et aux insectes xylophages. Le bois est traité à cœur et les chutes peuvent être incinérées sans risque pour la santé ou pour l’environnement. La rétification permet d’utiliser et de valoriser des bois de pays mais elle demande une dépense d’énergie non négligeable, environ 3,8 MJ/kg. Cependant cette solution reste préférable aux bois exotiques qui demandent également beaucoup d’énergie pour leur transport.

Le bois rétifié est employé pour les platelages, pas en structure sauf pour les lambourdes. Il existe dans le commerce des lames de platelage en bois rétifié répondant aux exigences de la classe de risque 4. Ils ont pour avantages d’être très stables, d’avoir très peu de variation dimensionnelle (dilation et retrait des lames) et d’être magnifiques, un parfum agréable se dégage des lames, même plusieurs mois après la pose.

Généralement on utilise le pin maritime, le frêne, le hêtre, et le chêne. La rétification modifie la couleur vers des teintes fumées plus chaudes ; le rendu esthétique est très intéressant. Mais comme pour tous les bois, la teinte évoluera vers un gris clair sous l’action des UV.

Son principal défaut, le bois devient cassant sous l’effet des chocs importants, mais reste malgré tout suffisamment solide pour être employé en terrasse.

Son prix environ 40€ m2 pour un frêne rétifié.(prix hors taxes)

Exemple: l’utilisation du frêne naturel n’est pas conseillé en usage extérieur, une fois qu’il a subi le procédé de réification il se place en classe 3-4 et devient un excellent produit d’extérieur.

bois composite

Lame terrasse en composite :

Le composite c’est quoi ? Il s’agit généralement d’un mélange de bois et de matière polymère, l’idée étant d’offrir une lame qui ressemble au maximum au bois, tout en offrant les qualités de durabilité de la matière plastique.

Il existe différents types de composite :

Les bois composites constitués de fibres de bois

Les bois composites constitués de cosse de bois

Les bois composites constitués de bambou

Les bois composites constitués uniquement de plastique

Certains produits sont fabriqués à base de polypropylène, polyéthylène, Ce sont les polymères les plus écologiques. Leurs combustions ne dégagent que de l’eau et des gaz carboniques, tout comme le bois.

Certains produits utilisent une base PVC qui dégage des composés toxiques pendant la combustion. Ils sont d’ailleurs extrudés dans des tunnels sous eaux de manière à éviter la dispersion des gaz.

Techniquement recyclable pour fabriquer d’autres lames, ce type de produit en fin de vie finira probablement à l’incinérateur, on constate cependant que certains fabricants mènent une politique de fabrication HQE (Haute Qualité Environnementale) et s’engagent dans une démarche de recyclage efficace.

Longtemps présentés par leurs fabricants comme des produits ne nécessitant pas d’entretien et stables dans le temps aussi bien au niveau de la structure que de l’aspect, Il s’avère qu’après quelques années de reculs et d’exploitations des composites, l’affirmation se révèle fausse. Les terrasses en bois composite nécessitent un nettoyage régulier avec de l’eau, ne sont pas plus stable et nécessite des exigences de pose bien supérieures à celles du bois. Avec le temps, la couleur se délave, perd de son intensité à cause de l’action des UV, et, au bout de quatre ou cinq ans, on peut même s’attendre à voir apparaître des champignons ou points noirs si l’on ne met pas en place un entretien minimal.

Bien sûr, ce phénomène n’est pas comparable au vieillissement des lames en bois naturel et varie en fonction de leurs qualités.

Certains fabricants de terrasses en composite ont changé de tactique et proposent d’emblée des produits d’entretien pour leurs lames composite.

Ce segment de marché se développe également chez les spécialistes de produits 
de protection pour le bois.

Au final, les lames composites sont encore plus compliquées à choisir que le bois tellement l’offre et large et la qualité, pas toujours au rendez vous.

Si le prix d’entrée de gamme est relativement accessible (40€ / m2), vous risquerez d’être déçu par sa qualité et stabilité dans le temps, (un résineux sera de meilleur tenu).

Fort heureusement, il existe des lames en composites fiables et stables, certifiées et garanties au minimum 10 ans par son fabricant, pour cela il vous faudra débourser +- 80€/m2 hors taxes, soit toujours plus cher que les meilleures essences de bois.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s